mardi 10 janvier 2017

Clarinette STENGEL à Bayreuth, vers 1815

La firme STENGEL eut une existence de près d'un siècle à Bayreuth. Le fondateur en fut Johann Samuel Stengel, né en 1771 à Döhlau/Hof et décédé le 13 décembre 1826 à Bayreuth. Tourneur sur corne et os à Hof , il s'installa à Bayreuth en 1805, y devenant fabricant d'instruments à vent. Il est cité en 1826 comme l'un des principaux fabricants d'instruments à vent de Bavière, travaillant dans son petit atelier situé dans sa maison avec son fils et quatre autres assistants.
A sa mort, son fils Johann Simon (1803-1885), son apprenti depuis 1817, lui succède. Ce dernier est aussi cité en 1827 dans le principal journal musical (Allgemeine Musikalische Zeitung) comme un excellent fabricant d'instruments à vent en bois et ce même journal en 1832 indique qu'il exportait ses clarinettes système Müller en Suisse, Suède, Danemark, Russie, et même au Brésil. La maison STENGEL participa à plusieurs expositions: Munich en 1854 (clarinette), Bayreuth en 1860 (clarinette à 14 clés et cor de basset), et Nuremberg en 1882 (piccolo, hautbois, clarinette et cor de basset).
En 1885, la troisième génération en la personne de Johann Christoph prend la relève, mais la fabrication va décliner progressivement et à la mort de ce dernier en 1902, célibataire et sans enfant, la firme sera tout simplement dissoute.
.
L'instrument ci-contre est une clarinette en buis avec des viroles en ivoire et six clés en laiton. Les plaques des clés sont octogonales ou, pour être plus précis, carrées avec chaque coin biseauté.
L'instrument, accordé en Ut (C) est composé de six parties: un barillet, un corps supérieur, un corps intermédiaire, un corps inférieur et un pavillon. Le bec en ébène, non d'origine et prévu pour une attache à fil, n'est pas représenté ici. Chaque partie d'origine possède l'estampille à la couronne et la marque traditionnelle du premier de la famille Stengel à Bayreuth, les instruments postérieurs porteront la marque Bayreuth au lieu de Baireuth. Une marque additionnelle "C" entre deux étoiles se trouve entre les trous de jeu 1 et 2 du corps supérieur.
.
.
.



....


clé de registre octogonale (carrée à coins biseautés)
sixième clé probablement d'origine pour le do#/sol# (C#/G#)
système astucieux ajouté pour pouvoir passer entre les deux clés graves sans trop bouger l'auriculaire gauche, la clé de fa# étant appuyée avec la deuxième phalange du doigt.
.....

dimanche 8 janvier 2017

Clarinette en Sib à sept clés carrées de SIMIOT à Lyon, vers 1815


clarinette en Sib en buis bagué d'ivoire, sept clés en laiton à plaques carrées montées sur bossages à l'exception de la clé de Do#/Sol# de la main supérieure qui est montée sur une plaque rectangulaire en laiton et maintenue entre deux tourillons soudés à cette plaque.
    
Le trou du pouce est manchonné en laiton comme la plupart des clarinettes de Simiot et d'autres facteurs lyonnais de la même époque. Deux tubes de laiton servent de pompe d'accord en coulissant l'un dans l'autre dans le haut du corps supérieur et dans le barillet. Toutes les parties de l'instrument ont pour marque additionnelle un "I".

(Vichy-enchères lot 300, décembre 2016)