mardi 22 février 2011

Clarinette à 6 clés de VINATIERI à Turin

Cet atelier a été fondé à Turin par Fortunato Vinatieri, ses fils étant ensuite associés à son entreprise dès 1862. Il expose à Florence en 1861 puis à Londres en 1862 et Paris en 1867, mais l'atelier est plus ancien, comme le démontre cette clarinette à 6 clés rondes et plates pouvant être datée des années 1840.
.
En 1838, Fortunato Vinatieri et son associé Vincenzo Castellazzo présentent plusieurs instruments à l'Exposition publique triennale de Turin, dont une clarinette garnie de clés en argent. Ils obtiennent une médaille de bronze, après avoir obtenu des mentions honorables lors de précédentes expositions en 1829 et 1832. Ils exerçaient en la Piazza Vittorio n°15.
Plusieurs instruments marqués "VINATIERI /E/ CASTLAS / A TORINO" sont conservés dans des collections publiques et privées.


L'estampille de cette clarinette est différente de celle rapportée par W. Waterhouse dans son "New Langwill Index" et qui concerne une clarinette à 16 clés conservée au musée de Berlin (inv. 1442) :

(fleur de lys) / VINATIERI / A TORINO / (symbole)

L'atelier fonctionnait encore en 1883 et fabriquait ou revendait aussi des cuivres, un hélicon étant cité par W. Waterhouse.











klarinette clarinetto Vinatieri in Torino, Italy

dimanche 13 février 2011

Petite clarinette en Fa de BIGLIONI in Roma

Les Biglioni sont une famille de musiciens et de luthiers romains. La dynastie comprend en premier, selon W. Waterhouse, I. Biglioni, identifiable avec Iacobius Biglioni, documenté comme membre ca.1721-p.1727 de "l'Academia di Santa Cecilia".
.
On trouve ensuite Gaspare Biglioni puis son fils Baldassare Biglioni. Ce dernier, né en 1719 est listé en 1781 comme tourneur. Il aura au moins deux fils, Domenico (1757-1828), hauboïste et fabricant d'instruments[probable auteur de l'instrument ci-contre] et Giovanni Biglioni (1762-1838).
.
Entre 1781 et 1827, l'adresse de leur atelier est le 55 via del Banchi Vecchi à Rome.



Bec ancien à fil, sans estampille







détail de la bague en corne supérieure du pavillon

de gauche à droite (left to right):
- W. MILHOUSE, London (GB), clarinette Mib 8 clés carrées

- G. ZENCKER Jr, Adorf (D), clarinette Fa 6 clés rondes

- Ant. SCHEILY, Pest (H), clarinette Fa 6 clés carrées (5+1)

- BIGLIONI, Roma (I), clarinette Fa 5 clés carrées

- BAUMANN, Paris (F), clarinette Fa 5 clés carrées (+ 1 ovale)

dimanche 6 février 2011

L'invention du système d'Iwan Müller

Iwan Müller naît en 1786 à Reval, actuelle ville de Tallinn en Estonie. Dès l'âge de vingt ans, il est clarinettiste, joueur de cor de basset et musicien de chambre à Saint-Petersburg. Il voyagea à travers l'Allemagne (Dresde, Berlin, Leipzig) avant de venir se fixer à Paris en 1809.

Il présente en 1812 à une commission du Conservatoire de Paris une nouvelle clarinette à 13 clés et une clarinette alto de son invention, mais ne parvient pas à vaincre immédiatement la réticence des musiciens et compositeurs parisiens. Cependant, son système, pleinement chromatique prendra le pas sur l'ancien système de clarinettes à 5 clés carrées avec ajouts de clés additionnelles.

Seul le système dit "Boehm" de Buffet jeune et de Klosé parviendra en France à le détrôner dans les années 1845-1850. Le système Müller sera à la base du développement des systèmes allemands, anglais et belges dans la deuxième moitié du XIXe et début du XXe siècle.
extrait de la Méthode pour la nouvelle clarinette,Paris, 1821
Inventions d'Iwan Müller:
A/ la ligature pour bec
B/ clé de registre sur le côté ou le dessus(pratiqué aussi par Simiot)
C/ les clés de Sol# et La médium se chevauchant
D/ leviers pour le pouce droit (pratiqués aussi par Simiot)
E/ suppression du bulbe et repositionnement du trou Fa/DoF/ clé de Fa/Do remplaçant le trou oblique fermé par le doigt
G/ trous fraisés et tampons de ouate recouverts de cuir
H/ clés fixées à des plaques ovales et calottes en pelle à sel
clarinettes à 12 clés carrées de Baumann à Paris, vers 1820
et à 13 clés système Muller de Lefêvre à Paris, 1826



à gauche:
bec en ivoire à ligature métallique,
Buffet jeune, vers 1835-1840


à droite:
bec à fil en ébène,
Jean Jacques Baumann, Paris, vers 1815



Baumann à 12 clés carrées et Lefêvre système Mullerposition des clés de médium et trou de registre

photo de gauche:
levier pour le pouce droit actionnant la grande clé de Fa#/Do#
(clarinette 13 clés de Simiot, c.1815-1820)

photo de droite:
forme primitive des clés de Fa/Do avec clé fixée à l'instrument par sa partie inférieure et tête de clé située au milieu du levier.(clarinette 13 clés de Simiot c.1815-1820)


Peu pratique pour glisser le petit doigt vers la clé de Sol#/Mib, cette forme de clé sera rapidement abandonnée pour le modèle ayant un levier inversé, comme sur l'instrument de Lefêvre ci-dessous.
photo de gauche:
bulbe servant à fixer les clés et à percer en biais le trou de Fa/Do fermé par le petit doigt droit
(clarinette en Ut à 12 clés carrées de Jean-Jacques Baumann à Paris, vers 1820)

photo de droite:
suppression du bulbe et meilleure position acoustique pour les trous fermés par des clés avec des calottes en forme de pelle à sel.(clarinettes en Ut et Sib de François Lefêvre à Paris, datées 1826 et 1824)

Trou fraisé fermé par une clé à calotte en forme de pelle à sel et montée sur boules et plaque ovale.

tampon formé d'une boule de ouate recouverte d'une fine pellicule de cuir

tablature pour la nouvelle clarinette, Iwan Muller, Paris, 1821
Cliquez sur les photographies pour les agrandir !