dimanche 31 mai 2009

Joueur de clarinette en Bresse vers 1903


Ménétriers de Vogue en Bresse :
Vielle-à-roue et clarinette 13 clefs
carte postale ayant circulée en janvier 1904

Double-Boehm: Prospectus 1959 France


"Recommandez-là à tous les élèves,
ce sont eux qui en ont plus besoin ..."
"...En trois ans, plus de 1.500 sociétés, leurs chefs, leurs professeurs et leurs élèves nous ont fait confiance pour leurs achats ..."

lundi 25 mai 2009

Clarinette HAMMIG à 6 clefs

clarinette Sib de HAMMIG en buis à 6 clefs carrées en laiton et viroles en ivoire.
Markneukirchen, c.1830-1840

clarinet in Bb by HAMMIG, boxwood, 6 sq. brass keys, ivory mounts.
Markneukirchen, ca 1830-1840

cliquez sur les images pour les agrandir / click to enlarge

klar






Markneukirchen et sa région, le Vogtland, près de la frontière tchèque, est vraiment le berceau des instruments de musique en Allemagne et a la particularité de réunir en un même lieu la fabrication de toutes les familles d'instruments.
De nombreux instruments de la famille des bois sont sortis des mains des facteurs au XIXème siècle sans être estampillés ou bien avec des estampilles fantaisistes comme "Dresden", "Wien" ou "Prag" pour rappeler des villes célèbres au point de vue facture instrumentale (voir instruments ci-dessous).
Au début du XXème siècle, en concurrence avec les facteurs français, l'exportation vers les Etats-Unis est très importante, au point d'avoir un consulat des Etats-Unis sur place pour faciliter les transactions jusqu'à la première guerre mondiale!
Le musée des instruments de musique de Markneukirchen est un des plus célèbres au monde, n'hésitez pas pour y faire un petit détour. De plus, les villes de Leipzig et de Nuremberg ne sont pas loin non plus et leurs collections d'instruments sont aussi parmi les plus connues.



quelques instruments fabriqués dans le Vogtland:
hautbois de OTTO à 2 clefs, daté 1789
flûte estampillée "DRESDEN", à 5 clés
clarinette en Sib à 10 clefs, sans estampille
clarinette en Sib à 5 clefs de G.S SCHUSTER
clarinette en Sib à 6 clefs de HAMMIG
klarinette in B Hammig, 6 klappen, Markneukirchen
musée de Markneukirchen:

samedi 16 mai 2009

Sax-O-Nette (suite)

Voici deux modèles de clarinettes sopranos courbes type "Sax-O-nette" prévus pour le marché Nord-Américain et vus sur Ebay et via Internet:


clarinet in Bb, curved model
Saxonette de marque GRETSCH

marquée au dos "made in France" (modèle Couesnon ?)


saxonette Gretsch dans sa boîte
clarinet Gretsch in its case

Saxonette de BUESCHER
-bell-
curieux modèle dit "convertible" par BUESCHER
avec au choix, pavillon et barillet en ébène ou bien pavillon et bocal courbe en métal. Le tout est d'origine, la configuration de la boîte confirmant bien la fonction mixte de cet instrument.
(Le vendeur indiquait une tonalité en LA /A, bien peu probable)



Saxonette Buescher: pavillon doré à l'intérieur

Etui d'origine de la Saxonette BUESCHER avec ses emplacements prévus aussi bien pour les deux pavillons que pour le bocal et le barillet.
Saxonette: music instrument, american clarinet, klarinette

mercredi 13 mai 2009

Clarinettes Système Double Boehm D-B


Détails de deux modèles de clarinettes DB - Double Boehm

Charles Houvenaghel, (1878-1966) célèbre acousticien, collaborateur de la marque Leblanc, invente vers 1925 de nouveaux cleftages ingénieux de saxophones dits Rationnel et Semi-Rationnel ainsi que dans les années 1930 de nouveaux modèles de clarinettes graves en métal, de la basse à l'octo-contrebasse, toujours pour la marque française Leblanc.

La seconde guerre mondiale mettra un frein à ses inventions, mais dès le 28 juillet 1948, il déposera une demande de brevet français pour un système de clarinette dit "Double-Boehm". Celui-ci lui sera délivré le 31 mai 1950, sous le n° 969732 (FR)

Le principe est simple: la séquence d'enchaînement des notes du système Boehm établie pour la main droite de l'instrumentiste (SOL les 3 anneaux fermés, LA pour les deux premiers, puis SIb pour le premier tout seul, soit 1 ton, 1 ton, puis 1/2 ton) est reproduite à l'identique pour la main gauche, soit DO avec les 3 anneaux fermés, RE avec les deux premiers et MIb pour l'anneau de l'index gauche tout seul; Le MI se fait avec le deuxième anneau seul.

Les avantages:

- les doigts de la main gauche sont plus rapprochés, très utile pour les débutants
- le Mib étant maintenant un doigté simple, plus besoin de correspondance entre les deux corps de l'instrument.
- les notes et harmoniques aiguës sont plus faciles d'émission



brevet français n° 969732 par Charles Houvenaghel
système Double-Boehm
demandé le 28 juillet 1948, délivré le 31 mai 1950,

Une société anonyme dite "D-B" ou "Société Anonyme du Double-Boehm" est créée vers 1949 pour développer ce système et pour commencer la production. Elle sera installée à Paris au 6 passage Dantzig en 1955, avec une usine à Monthou sur Cher dans le Loir-et-Cher (41).


Selon un prospectus et une liste de prix pour 1959, Elle fabriquait des clarinettes selon les systèmes Boehm et Double-Boehm et avait aussi une activité de revente d'instruments en cuivre d'ordonnance à destination des fanfares : Les clarinettes portant le logo D-B ne sont donc pas toutes des clarinettes du système Double-Boehm !

bec D.B fabriqué par la maison Lelandais, vers 1960



Brevet français déposé par la Société Anonyme du Double-Boehm le 2 novembre 1956 et délivré le 10 février 1958

Les innovations portaient aussi sur de nouveaux matériaux pour la construction des corps d'instruments et pour les clés, et une nouvelle conception des perces des corps pour faciliter l'émission des notes dans tous les registres.

Au moins quatre modèles de clarinettes Double-Boehm sont connus, avec plus ou moins de clés, des matériaux différents et formes de têtes de clés suivant ou pas les brevets d'Houvenaghel (1948-1950) et de la Société du Double-Boehm (1956-1958).



publicité américaine pour le Double-Boehm, vers 1960
remarquez l'index gauche: anneau simple et non plateau percé





A: suppression de la correspondance
entre les deux corps de l'instrument


B: clé de mi bécarre pour triller avec l'annulaire gauche

Malgré d'indéniables progrès acoustiques, ce modèle dit "Double-Boehm" ne trouvera jamais un véritable public, le changement de doigté et certaines tonalités difficiles techniquement étant probablement les véritables écueils.

L'activité cessa en 1967 suite à la dissolution de La Société Anonyme du Double-Boehm qui avait alors à sa tête comme principaux actionnaires Henry Belang de la maison Persy à Bruxelles et le baron de Cassin de la Richardière.

Cet article est extrait de la revue Larigot spécial XVIII de mars 2007, éditée par l'Association des Collectionneurs d'Instruments de Musique à Vent (ACIMV)