samedi 21 novembre 2009

Vive la Sainte-Cécile 2009 !

clarinette métal, France, vers 1930

samedi 14 novembre 2009

Clarinette Conn en métal - brevet de 1889

Brevetée en 1889 par Charles G. Conn, cette clarinette sera produite avec succès en 1895 pour les musiques militaires américaines. Cependant, difficile à réparer en raison des doubles parois, elle sera rapidement abandonnée dès le début du 20ème siècle et remplacée par la clarinette en ébonite de qualité supérieure produite elle aussi par la maison Conn d'Elkhart dans l'Indiana.

extrait du brevet américain de 1889 par Conn
pour une clarinette métal à doubles parois

musicien américain, vers 1895
avec sa clarinette métal à doubles parois

samedi 7 novembre 2009

Gravure d'un clarinettiste Italien vers 1840

extrait d'une planche d'encyclopédie italienne
vers 1830-1840 (collection DW)
le musicien joue avec l'anche positionnée sur le dessus du bec, une pratique encore très courante à la fin du XIXe en Italie
(cliquez sur l'image pour agrandir)

dimanche 1 novembre 2009

Brevet américain pris en 1909-1911 par Djalma JULLIOT pour clefs de clarinette

Djalma Julliot (1858-1922) en 1900


Djalma Julliot est né le 20 avril 1858, issu de l'union de Louis Joseph Victor Julliot et de Marie Vacquelin. Son grand père maternel, Hilaire Vacquelin est l'un des premiers fabricants de clefs d'instruments de musique recensés à La Couture-Boussey vers 1835, le père de ce dernier, Nicolas Vacquelin, étant même cité en 1900 dans Le Monde Musical comme ayant crée son atelier à La Couture en 1810.
.
Après son apprentissage chez Hilaire Vacquelin et son mariage avec la fille de celui-ci en 1857, Victor Julliot s'installe à son compte puis s'associe avant 1875 avec son beau-frère, Ernest Vacquelin pour la fabrication des garnitures de clefs en cuivre, maillechort ou argent des flageolets, flûtes, hautbois et clarinettes.
Ils fournissent les nombreux ateliers de fabrications d'instruments à vent en bois de La-Couture-Boussey et de ses environs (Garennes, Ivry-la-Bataille, ...).

en-tête de lettre de la maison Vacquelin et Julliot, vers 1875-1880


Djalma Julliot se passionne dès son plus jeune âge pour la flûte traversière, instrument qu'il affectionne particulièrement et dont il joue dans l'Harmonie municipale de La Couture Boussey.
Très jeune, il débute son apprentissage dans l'atelier familial et devient en 1880 l'associé de son père en remplacement d'Ernest Vacquelin, son oncle maternel.
Djalma Julliot aménage un petit atelier de réparation et de réglage des flûtes qui atteindra rapidement une grande renommée, puis se lance bientôt dans la fabrication de flûtes en bois et surtout en métal et à perce cylindrique d'après les travaux du grand flûtiste allemand Théobald Boehm.
En 1888 il entre en contact avec le célèbre flûtiste Paul Taffanel (1844-1908) professeur de flûte au Conservatoire Supérieur de Paris de 1863 à 1908 et qui deviendra son fidèle ami, tout comme le seront plus tard Philippe Gaubert (1879-1941) de l'Opéra de Paris et des Concerts du Conservatoire et François Borne (1840-1920), professeur au Conservatoire de Toulouse.
Djalma Julliot prend la direction de la maison familiale de fabrication de clefs en 1890 et dépose sa propre marque de fabrique en 1894 pour la fabrication "d'instruments d'artistes" : flûtes, petites flûtes et flûtes basses.
Il remporte immédiatement de nombreux prix dans les expositions. L'atelier prend de l'ampleur, et pas moins de 34 ouvriers sont répertoriés dans son catalogue illustré de 1903.
carte publicitaire de la maison Djalma Julliot à La Couture Boussey (Eure) vers 1905-1908



Djalma Julliot d'après son catalogue de vente de 1903
La mort en 1908 de son grand ami Paul Taffanel marque un tournant dans la carrière de Djalma Julliot qui est très touché par ce décès, comme il l'a été auparavant en 1900, malgré les éloges de la profession, de n'avoir pas obtenu la médaille d'Or lors de l'Exposition Universelle de Paris, pourtant sa première participation à un évenement de cette envergure.
Cet esprit inventif qui a déposé de nombreux brevets français avec son ami François Borne pour la flûte traversière, déposera aussi en 1909 un brevet américain pour la maison Rudoph Wurlitzer (1831-1914) Corporation de Cincinnati dans l'Ohio dont le sujet principal est les cleftages pour la clarinette afin d'améliorer principalement les articulations, passages et trilles des notes obtenues au milieu du corps de l'instrument. (surtout variations de cleftages pour le do#/sol# articulé)
Le brevet pour ce cleftage de clarinette est demandé le 8 avril 1909 et sera finalement obtenu le 7 novembre 1911 (US patent n° 1,008,272).


"...To all whom it may concern: Be it known that I, Djalma Julliot, a citizen of the Repiblic of France, and a resident of La Couture Boussey, in the Department of Eure, Frace, have invented a certain new and useful Improvement in Clarinets, of wich the following is a full, clear and exact description, reference being had to the accompanying drawings, which form a part of my specification.
My invention relates to Clarinets and its object is to provide the clarinet with certain novel mechanisms to facilitate the playing thereof. These improvements are applicable to the Albert and Boehm system clarinet in one or two pieces.
By the use of my improvements the fingering of the keys near the middle of the instrument, for the combinations producing D#, F#, G# A# , and the fingering of the three successions C-Eb, C#-Eb and B.natural-Eb, is facilated, as is also the corresponding fingering for many combinations of the entire scale of the clarinet ..."
En 1911, seulement âgé de 53 ans, Djalma Julliot se décide à vendre son atelier de fabrication de flûte et sa marque de fabrique à Clément Masson qui continuera de porter haut l'étendard de cette marque renommée.
Djalma continuera a travailler dans cet atelier à l'essai des instruments "d'artistes" ainsi qu'avec Auguste Buffet son gendre et successeur avant juillet 1911 pour l'atelier de fabrication de clefs d'instruments.

pour en savoir plus sur Djalma Julliot, sa famille et son oeuvre:
.
Bernard Duplaix
"Djalma Julliot", article dans la revue
Traversière Magazine, 1999, 1er trimestre.
.
F. Camboulive et S. Robson:
Djalma Julliot, prédécesseurs et successeurs
article dans Le Mistenflûte n°6, septembre 2005,
revue des Amis du Musée des Instruments à Vent
de La Couture Boussey
.
blog de René Pierre
"Les Flûtes basses par Djalma Julliot de La Couture"